Œdipe, tragedia dell’arte

affiche d'Œdipe

Une adaptation du mythe d’Œdipe dans l’esprit Commedia.

Proposer un spectacle de Commedia dell’arte autour de l’histoire tragique d’Œdipe, tel est le pari de la Compagnie de Vive Voix. Un pari audacieux quand on connaît la tradition en Commedia : un spectacle traité sur le mode de la farce et une histoire qui finit bien !

La Compagnie de Vive Voix a donc osé adapter le mythe. L’histoire d’Œdipe est envisagée sous l’angle de la comédie, le jeu s’inspire fortement des codes de la Commedia, les personnages – masqués ou non – sont issus des archétypes du théâtre italien, et la fin tragique ne l’est plus du tout !

Un mythe grec à la sauce Commedia ? Si les noms des personnages et des lieux restent fidèles au mythe grec, les costumes et accessoires s’inspirent de différentes cultures. Quant au texte, il recèle de nombreux clins d’œil à notre époque, comme le veut la tradition satirique de la Commedia. Au final, le spectateur découvre un spectacle intemporel pour un mythe éternel !

  • Le spectacle commence avec Soros, veilleur de nuit à Thèbes. Un drôle de paroissien ce Soros, dont l’œil perçant semble voir aussi bien dans le passé que dans le futur d’Œdipe.

    Jocaste, épouse délaissée de Laïos et reine de Thèbes, s’inquiète de ne pas avoir d’enfant. Elle part interroger la Pythie, oracle de Delphes. La réponse – qui laisse à désirer quant à la satisfaction client – est : « si tu as un fils, il tuera son père ». Le goût du risque et de la transgression réveillant les feux de Laïos pour son épouse, un fils naît de cet embrasement charnel. Mais terrorisé par la malédiction et sous l’emprise d’un délire sécuritaire, Laïos ordonne à son berger Forbas d’exposer le nouveau-né aux bêtes sauvages. Forbas n’est pas très malin, mais il a du cœur : pris de pitié, il confie l’enfant à Polybe et Mérope, roi et reine de Corinthe, qui l’adoptent et le nomment Œdipe.

    A vingt ans, une mauvaise langue met en doute son origine. Œdipe part consulter la Pythie. Celle-ci lui annonce qu’il tuera son père et épousera sa mère. Croyant que Polybe et Mérope sont ses véritables parents, Œdipe tente de fuir son destin et s’exile à Thèbes. En chemin, il est malmené par Laïos et le général Léonidas. Un combat s’ensuit et Œdipe finit par blesser mortellement Laïos. Pan, dans le mille ! Sans le savoir, Œdipe vient d’accomplir la première partie de la prédiction. Arrivé à Thèbes, il participe au grand jeu-concours organisé par Créon, régent du royaume, pour en finir avec le Sphinx terroriste qui décime la belle jeunesse de la cité. Œdipe résout l’énigme du monstre. Il est proclamé roi de Thèbes et épouse la reine Jocaste. Bingo ! Là encore sans le savoir, il accomplit la seconde partie de la prophétie.

    Pendant 17 ans, Œdipe et Jocaste règnent dans la paix et la félicité. Mais la destinée, telle une araignée maléfique, attend son heure pour piquer… Une épidémie de peste s’abat sur Thèbes due, selon l’oracle, à la présence dans Thèbes de l’assassin de Laïos. L’enquête est ouverte et aboutit : Œdipe est lui-même l’assassin ! Jocaste, dont la raison chavire, tente de se donner la mort. Œdipe, dans sa chute vertigineuse, s’apprête à s’arracher les yeux…

    Mais, coup de théâtre, tout s’arrange in extremis ! Le moment est venu pour tous de chanter et danser…

  • par ordre d’apparition sur scène

    • Soros, veilleur de nuit à Thèbes
      « Bon peuple, regarde bien : sous tes yeux la machinerie lente et implacable des dieux va broyer cran par cran Œdipe, fils de Laïos, un mortel comme toi. Aussi grande semblait sa chance, aussi profonde sera sa chute… »
    • La Pythie, oracle de Delphes
      « Apollon Communication : toute la vérité, rien que la vérité ! »
      « Le service divin que nous avons l’honneur et le plaisir de vous rendre est simple, direct et lumineux, comme Apollon, mon sacré patron. »
    • Jocaste, reine de Thèbes
      « Mon époux Laïos, roi de Thèbes, est toujours par monts et par vaux. Résultat des courses, 3 ans de mariage et zéro grossesse… Je n’en peux plus, je suis au bord du gouffre et je veux savoir si je verrai le bout du tunnel. « 
    • Laïos, roi de Thèbes
      « Alors Dame Jojo, comment vous portez-vous ? Notre expédition de chasse a été grandiose : nous avons abattu trente chevreuils, vingt sangliers, un cerf, une chouette et deux mulots… »
    • Forbas, berger des troupeaux royaux
      « Pas réfléchir, obéir, obéir ! »
      « Oh le pauvre petit bébé, c’est trop risquant pour lui, je peux pas lui faire ça. Et voilà ! Forbas t’as trop réfléchi, tu peux plus obéir ! »
    • Œdipe
      « Tuer papa, épouser maman ? Par Zeus ! Les dieux sont-ils tombés sur ma tête princière ? C’est inacceptable, idiot et inhumain. Moi Œdipe, je mets au défi ce cosmos absurde, ces dieux cruels et cette prophétie inadmissible. »
    • Léonidas, général de la garde royale
      « Léonidas ! Ce nom seul projeté dans les airs fait frémir les murailles des royaumes fort fort lointains et disloque les cohortes barbares. La mort loge dans mes yeux, de mes bras d’airain surgit le chaos, sous les coups de mon espadon la superbe de l’ennemi s’évapore… »
    • Créon, frère de Jocaste
      « C’est moi, Créon, frère de Jocaste et chef de Thèbes par intérim. A votre service, chers concitoyens, avec vous, pour vous. Créon : action, adéquation, ambition. »
    • Le Sphinx
      « Salut beau brun, si jeune et si pressé de quitter le monde des mortels. […] Je vois que ton destin est lancé comme un cheval au galop. Eh bien soit : c’est avec un immense plaisir que je vais trancher le fil d’une vie aussi fougueuse. »

  • Les 9 personnages du spectacle sont interprétés par 4 comédiens :

    • Delphine KUEHN (interprète Jocaste et Léonidas)
      • 2 ans de formation aux techniques de la commedia dell’arte, Compagnie du Mystère Bouffe
      • 10 ans de formation de chant lyrique avec Françoise Macchiocci (Opera Bastille), Benoit Combes et Nausicaa Pasaris.Chef de chant de la Compagnie.
      • 10 ans de danse moderne et africaine. Formée à la pantomime par Guerrassim Dichliev, assistant du Mime Marceau.Chef de chant de la Compagnie.
      • 2002-2004 : La combine de Colombine de Marc Favreau.
      • 2001-2002 : Stages de perfectionnement en Commedia dell’arte et Pulsione mitica, spectacle mis en scène par Chantal David
      • 2000-2001 : Lysistrata d’après Aristophane, Compagnie du Mystère Bouffe.
      • 1999-2000 : Le Roi Lear d’après Shakespeare, Compagnie du Mystère Bouffe.
    • Joachim MIZIGAR (interprète Oedipe)
      • 2003-2004: Atelier de commedia dell’arte animé par Régis Monot, Compagnie de Vive Voix
      • 2001-2004: Théâtre du passage à l’acte. Dracula, adaptation du roman de Bram Stoker présentée en 2002. Une femme qui dort, création en 2004
      • 1994-2000: Les fous du théâtre en rond , Compagnie du théâtre des 7 sources.Nombreuses créations et adaptations dont Le songe d’une nuit d’été de Shakespeare en 1996 et le Bourgeois Gentilhomme de Molière en 1999.
    • Régis MONOT (interprète Soros, Laîos et Créon)
      • 2 ans de formation aux techniques de la commedia dell’arte, Compagnie du Mystère Bouffe, Pré saint Gervais
      • Formation au Conservatoire de Brest, à l’atelier international de théâtre Blanche Salant et à l’Espace Acteur, Paris
      • 2002-2004 : La combine de Colombine de Marc Favreau.
      • 2001-2002 : Stages de perfectionnement en Commedia dell’arte et Pulsione mitica, spectacle mis en scène par Chantal David
      • 2000-2001 : Lysistrata d’après Aristophane, Compagnie du Mystère Bouffe.
      • 1999-2000 : Le Roi Lear d’après Shakespeare, Compagnie du Mystère Bouffe.
      • 1997: La machine infernale de Cocteau, Espace La Jonquière, Paris
      • 1986: Petits spectacles de Boris Vian
      • 1985-1986: Sons et Lumières pour la ville de Brest, Noel vivant et Tricentenaire de l’arrivée des ambassadeurs du Roi de Siam.
      • 1985: Visages d’un voyage, création intergenerationnelle
    • Catherine RICHON (interprète la Pyhie, Forbas et le Sphinx)
      • Formée à Acting international et à l’atelier international de théâtre Blanche-Salant et Paul Weaver de Paris
      • 2003-2004: Atelier de commedia dell’arte animé par Régis Monot, Compagnie de Vive Voix
      • 2002: mise en scène de la femme comme champ de bataille de Matei Visnec pour la compagnie du réveil qui parle au Bouffon théâtre à Paris.
      • 1996: Les voyages de Zinbad, théâtre de rue à Francfort
      • 1994-1996: About life and us et Peas with honey, créations de Nigel Knott à Manchester.
      • 1991: Le fils de Christian Rullier
      • 1989: Entrechats, création de la Compagnie

  • Genre: Comédie, spectacle tout public
    Durée: 1h15
    Mise en scène collective avec Delphine KUEHN, Joachim MIZIGAR, Régis MONOT et Catherine RICHON
    Texte: Régis MONOT
    Chant: Anna COTTIS
    Combats: Régis MONOT
    Costumes: Amélie GAGNOT
    Chapeaux: Estelle RAMOUSSE
    Masques: Stefano PEROCCO, et Giorgio Di Venezia

    Conditions techniques:
    Scène: tréteaux en bois (en plein air) ou plateau (en interieur)
    Minimum 5 mètres d’ouverture sur 3 mètres de profondeur, entrées et sorties latérales et en fond de scène
    Lumières: soleil ou beau plein feu
    Installation en extérieur: loges à moins de 20 m
    Montage: minimum 3 heures avant le spectacle
    Démontage: deux heures après le spectacle

    La vidéo du spectacle format VHS ou DVD est disponible sur demande

    Ce spectacle a été joué 40 fois entre juillet 2005 et octobre 2006 à la Péniche Antipode à Paris, au théâtre de l’Opprimé à Paris, à l’Espace Ozanam à Boulogne, à l’Espace Octave et Arpège à Paris, au théâtre en rond à Fresnes, au théâtre de Semur en Auxois et sur le Parvis de la collégialle de Semur en Auxois, à Frelinghien( 59), à Comblanchien (21), à Fuissé (71)

 

Publié dans créations